top of page
  • admin

Antibiotiques dans nos assiettes : les risques cachés de l'aquaculture

Cultiver, élever et récolter des organismes aquatiques tels que les poissons, les crustacés, les mollusques et les algues dans des conditions contrôlées : c’est ce qu’on appelle l’aquaculture, aussi nommée "pisciculture" ou "mariculture". C’est une industrie en pleine expansion qui fournit une part importante de la production alimentaire mondiale et peut contribuer à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pression sur les stocks de poissons sauvages.

Cependant, l'aquaculture doit être pratiquée de manière durable pour minimiser les impacts négatifs sur l'environnement et garantir la santé et la sécurité des consommateurs. Or, l’un des principaux problèmes posé par les pratiques d'aquaculture aujourd’hui est l'utilisation massive d'antibiotiques pour lutter contre les maladies et les infections qui peuvent se propager rapidement dans les conditions d'élevage intensif.

Et oui, les antibiotiques ne sont pas uniquement réservés aux êtres humains, on s’en sert aussi pour élever les poissons que l’on retrouve dans nos assiettes !



Selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), l'aquaculture fournit actuellement environ la moitié de la production alimentaire mondiale de poissons destinée à la consommation humaine. La production mondiale d'aquaculture aurait considérablement augmenté ces dernières années, passant de 10 millions de tonnes en 1980 à près de 82 millions de tonnes en 2020 (+ 720%!).


Entre besoin de la population et santé environnementale, cette industrie est donc confrontée à de nombreux défis.



Recours aux antibiotiques : pourquoi est-ce un problème ?

L'utilisation excessive et inappropriée d'antibiotiques peut entraîner une résistance aux antibiotiques, ce qui rend les traitements inefficaces et peut avoir des conséquences graves pour la santé humaine.

Cette résistance aux antibiotiques peut par exemple affecter la capacité à effectuer des interventions chirurgicales et d'autres procédures médicales.

Les antibiotiques sont souvent utilisés pour prévenir les infections postopératoires. Si les antibiotiques ne sont pas efficaces, les risques d'infection postopératoire augmentent, ce qui peut avoir des conséquences graves sur la santé et la récupération du patient.

Au-delà de la santé humaine, l'utilisation d'antibiotiques en aquaculture peut avoir des effets négatifs sur l'environnement. Les molécules des antibiotiques s’accumulent dans l'eau et affectent les écosystèmes aquatiques. Les résidus d'antibiotiques peuvent également se retrouver dans les sols environnants, causant des dommages aux cultures et à l'environnement.


Et ce n'est pas fini….

Le réchauffement climatique pourrait aggraver ce problème en aquaculture. Les changements climatiques, tels que l'augmentation de la température de l'eau, peuvent favoriser la croissance et la propagation des bactéries pathogènes chez les poissons, augmentant ainsi le risque d'infections. Les scientifiques ont également averti que le réchauffement climatique pourrait augmenter la fréquence et l'intensité des maladies chez les poissons, ce qui pourrait nécessiter une utilisation accrue d'antibiotiques en aquaculture.






Comment faire ?

Heureusement pour nous, ce n’est pas peine perdue. Pour réduire l'utilisation des antibiotiques en aquaculture, il est important d'adopter des pratiques de gestion durables :


- Changements dans la conception des fermes aquacoles, comme par exemple des systèmes de filtration améliorés pour réduire l'accumulation de déchets et de polluants dans l'eau.

- Mettre en place des systèmes de surveillance pour détecter et traiter les maladies à un stade précoce, ce qui peut réduire la nécessité d'une utilisation excessive d'antibiotiques.


Enfin, le réchauffement climatique nécessite des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour s'adapter aux effets inévitables du changement climatique. Des politiques et des réglementations efficaces peuvent aider à réduire les impacts de l'aquaculture sur l'environnement et à garantir que l'industrie reste durable et productive.


En résumé, la résistance aux antibiotiques est un problème de santé publique majeur qui peut avoir des conséquences graves sur la santé humaine, notamment en rendant les infections bactériennes plus difficiles, voire impossibles, à traiter, en affectant la capacité à effectuer des interventions chirurgicales.


Ainsi, pour garantir une santé environnementale durable, il est important d'adopter des pratiques de gestion durables en aquaculture, telles que la réduction de l'utilisation d'antibiotiques, l'amélioration de la qualité de l'eau, la protection de la biodiversité marine et la mise en place de politiques et de réglementations efficaces pour garantir une production alimentaire durable.



Comments


bottom of page