top of page
  • admin

Révolution dans l'agroalimentaire : le nouveau décret sur la réutilisation des eaux usées

Alors que la préservation des ressources naturelles, et notamment de l'eau est au coeur de nombreuses préoccupations, l'industrie agroalimentaire française a accueilli fin janvier 2024 un développement majeur. Le décret du 25 janvier 2024 facilite l'adoption de pratiques plus durables en autorisant la réutilisation des eaux usées dans plusieurs étapes clés de la production. Zoom sur le texte.


Un décret oeuvrant pour une gestion optimisée de l'eau

Le décret du 25 janvier dernier établit des règles claires pour l'utilisation de trois catégories d'eaux usées recyclées : eaux issues des matières premières, eaux de processus, et eaux usées traitées. Ces catégories pourront désormais être employées non seulement pour le nettoyage des installations et équipements mais aussi pour la préparation et la conservation des denrées alimentaires. Toutefois, leur incorporation directe comme ingrédient dans les produits finis reste interdite, assurant ainsi la sécurité des consommateurs.




Avancées significatives et sécurité accrue

Ce cadre réglementaire détaille également la procédure à suivre pour l'autorisation des projets de réutilisation d'eau et instaure des contrôles sanitaires renforcés pour prévenir tout risque pour la santé publique. L'objectif est de permettre aux entreprises de réduire considérablement leur consommation d'eau, avec des économies d'eau prévues entre 20 et 25%, particulièrement dans des régions sous tension hydrique comme la Bretagne.



Enjeux environnementaux et économiques

En adoptant ce décret, la France espère répondre aux défis posés par le changement climatique et les sécheresses de plus en plus fréquentes. Le pays cherche à combler son retard en matière de réutilisation des eaux usées, un domaine où il reste loin derrière des leaders mondiaux comme Israël, qui réutilise jusqu'à 87% de ses eaux usées.




Impact et perspectives

L'industrie agroalimentaire, souvent critiquée pour son usage intensif de l'eau, se trouve à un tournant stratégique. Ce décret, au-delà d'être une réponse aux pressions environnementales, représente aussi une opportunité de leadership en matière de gestion durable des ressources en eau.



1 vue0 commentaire

Comentarios


bottom of page