top of page
  • admin

Agroforesterie : produire avec la nature


L’heure est à l’écologie de la réconciliation.

Il faut produire avec la nature, et non plus contre elle. Et malgré toutes les idées préconstruites de notre société, nous pouvons produire sans nuire à notre environnement ! L'agroforesterie en est un bon exemple, si ce n’est l’un des meilleurs !

L'agroforesterie c'est une pratique d’intérêt pour la transition agroécologique vers des systèmes agricoles et alimentaires durables. Elle consiste à intégrer les arbres dans les systèmes de culture pour créer un environnement plus productif, durable et équilibré.

Ce mode de production n’a pas que des vertus paysagères mais apportent de multiples bénéfices environnementaux ou les arbres et les haies sont considérés comme de vrais outils productifs.

Elle peut prendre différentes formes allant de l'utilisation occasionnelle d'arbres pour fournir de l'ombre ou de la nourriture pour le bétail, à des systèmes de cultures intensives avec des arbres en intégration avec les cultures vivrières ou les cultures industrielles.


Augmentation des rendements

- Création d’un microclimat favorisant les rendements des cultures (brise vent et limitation de l’évapotranspiration

- Amélioration des capacités de production agricole, augmentation du potentiel énergétique, diminution des intrants, diversification des produits et des revenus.

Les arbres fournissent des services indispensables à l’agriculture et constituent un excellent capital sur pied, qui donnent de la valeur à l’exploitation.


Au niveau de l'eau : Augmentation de la réserve utile et limitation de la pollution des nappes et des cours d’eau, par le travail des racines dans les profondeurs du sol.


Au niveau du sol : La biomasse des arbres, riche en lignine, contribue à former un humus stable et fertile.


Au niveau du climat : Les arbres protègent cultures et animaux des excès climatiques (chaud, froid, vent, tempêtes, inondation, sécheresse...).





Préservation de la biodiversité

Le processus est simple, en agroforesterie nous avons besoin des arbres et des haies pour produire, la déforestation est ainsi limitée. De plus, les habitats naturels de nos espèces végétales et animales n’étant pas détruites, la biodiversité est favorable dans ces espaces. Pour ce qui est des espèces ravageuses, place encore une fois à la réflexion avec le déploiement de prédateurs ou de flore nuisibles à ces petites bêtes.

Les espèces vivant dans leur environnement naturel augmentent leur résilience face aux changements climatiques.

L’agroforesterie intègre donc un mode de fonctionnement durable du point de vue de la biodiversité grâce à la conservation des habitats naturels pour les espèces végétales et animales ce qui contribue à la résilience des écosystèmes face au changement climatique et préserve la biodiversité.


Préservation des sols

Les arbres plantés vont protéger les terres agricoles contre la pluie et le vent et ainsi ralentir l'érosion des sols. Et les bienfaits sont doubles !


Non seulement le sol sera en meilleure santé mais, en plus, les déchets sur celui-ci vont augmenter avec

la présence d’arbres et d'espèces végétales. Ces déchets que l’on appelle “humus” sont essentiels pour

nourrir les sols et les rendre davantage fertiles.


Les arbres peuvent aussi fournir des nutriments tels que l'azote, le phosphore et le potassium au sol et les racines peuvent également atteindre des couches plus profondes du sol pour récupérer les nutriments qui ne sont pas accessibles aux cultures.




Lutte contre le changement climatique

L'agroforesterie peut également contribuer à la lutte contre le changement climatique. L’implantation d'arbres et de haies augmente la capacité des sols à capter et stocker du dioxyde de carbone et le stocker sous forme de biomasse.. Ainsi, cette pratique réduit les émissions de gaz à effet de serre et améliore la résilience des systèmes de culture aux aléas climatiques.

De plus elle permet de mettre en place des systèmes agricoles économes en engrais et en produits phytosanitaires : les arbres champêtres peuvent abriter de nombreux auxiliaires de cultures, limiter dans les champs les ravageurs et la végétation spontanée.

Grâce à elle, les terres agricoles peuvent devenir plus résilientes.


Le défi

Cependant, la mise en place d'un système agroforestier peut présenter des défis, notamment en matière de planification, de gestion des ressources et de financement. Il est important de veiller à ce que les avantages économiques et environnementaux soient équitablement répartis entre les différents acteurs de la chaîne de production.

Avant toute chose, l’agroforesterie est un mode de réflexion. Réfléchir comment répondre à nos besoins tout en répondant à ceux de notre environnement, réfléchir à où planter ses arbres pour en tirer un maximum de profits.

Le principe de cause à effet doit donc être la ligne rouge de cette culture :


Lâcher des coccinelles -> réduire la présence de pucerons

Planter un arbre à l’est -> protéger un maximum nos cultures du soleil au cours de la journée


L'agroforesterie peut jouer un rôle clé dans la création d'un avenir agricole durable et dans la lutte contre le changement climatique. Il est nécessaire de poursuivre les efforts pour surmonter les défis actuels et de promouvoir cette pratique auprès des agriculteurs et des décideurs politiques.

Comments


bottom of page