top of page
  • admin

La pollution numérique, qu’est-ce que c’est ?

La pollution numérique est un terme utilisé pour décrire l'accumulation de données inutiles et de matériel électronique obsolète dans notre environnement.

Cela inclut nos téléphones portables, ordinateurs, tablettes et appareils électroniques en général qui ne sont plus utilisés ou qui ont été jetés de manière irresponsable. Elle englobe donc tous les déchets provenant de l'informatique. Mais elle englobe aussi des déchets dont on ignore souvent l’impact : les e-mails !


Pour donner un ordre d'idée :

Un mail représente 4 g d'équivalent CO2, avec une pièce jointe volumineuse il peut atteindre 50g.



Si on fait le calcul : 65 mails émettent autant qu'un kilomètre en voiture et ce sont 410 millions de tonnes de CO2 par an qui sont ainsi générées par nos mails (hors spams).

Pour donner une comparaison assez parlante : d'après l'IATA le transport aérien mondial produit 859 millions de tonnes de CO2 par an.

Ils font désormais partie de notre quotidien : newsletter reçue, pièces jointes envoyées, réunion

Empreinte carbone d'un mail

programmée… Ils représentent un pilier de notre communication professionnelle comme personnelle.


En chiffres, ce sont :

5,59 milliards de comptes actifs en 2020 ;

293,6 milliards d'emails envoyés et reçus quotidiennement ;

La facture finit par être très salée !




Les Data Centers : grands responsables de la pollution numérique


Certes, ce sont des données dites immatérielles, mais pour faire fonctionner tout ce système, il existe des grandes infrastructures appelées “Data Centers” qui rassemblent une multitude d'outils informatiques permettant de stocker et transmettre toutes nos données grâce à des serveurs, disques durs et autres. Les Data Centers collectent et distribuent donc tout un tas de données.


Pour stocker et distribuer les données, les data centers dégagent de la chaleur, surchauffent et ont donc besoin de systèmes de refroidissement pour fonctionner. De plus, étant en action 7j/7 et 24h/24 ils représentent 2% de l'électricité mondiale et s'alimentent principalement d'énergie fossile et de gaz.

Le bilan est donc plutôt néfaste pour l'environnement.


Cela dit, il semble compliqué aujourd’hui de dire au revoir définitivement aux mails et de revenir au papier. Mais il existe quand même des alternatives qui soulageraient cette empreinte carbone.


Les solutions


Recyclage et reconditionnement du matériel

Il existe des programmes de recyclage pour les téléphones portables, ordinateurs et d'autres appareils électroniques qui peuvent récupérer des matériaux utiles et réduire les déchets.


Sobriété

On peut également réduire notre consommation de l'appareil électronique en utilisant nos appareils jusqu'à leur fin de vie et en choisissant des appareils durables dans le temps quand on le peut.


S’informer

Une étude (déjà mentionnée dans sur le blog dans un article précédent) montre une différence de 2 tonnes d'éq CO2 par an entre un personne non informée sur l'empreinte carbone en général et une personne qui se dit être informée.


Faire le tri

Comment trier sa boîte mail :


comment trier sa boite mail
  • Se désabonner de toutes les newsletters et abonnements inutiles ;

  • Vider fréquemment sa corbeille de messagerie et archiver ses mails sur son ordinateur afin de limiter le stockage des données sur les réseaux ;

  • Installer un anti-spam ;

  • Ne pas oublier les différentes boîtes mails que l’on détient (pro/perso) et les différentes catégories : réception, envoyés, brouillon, indésirables, corbeille…Tout doit disparaître !


Alléger ses mails :


Avant d'envoyer ses mails on peut penser à tout un tas de petits tips pour réduire le poids de nos mails et ainsi notre pollution numérique

  • Compresser ses pièces jointes ;

  • Envoyer un format texte plutôt qu’un lien hypertexte. Mais préférer un lien hypertexte plutôt qu’un gros fichier.

  • Limiter le nombre de destinataires et ne garder que les destinataires utiles

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page